Communication Animale avec le chat Salem

Communication Animale avec le chat Salem :

Salem est mort, jeune, beau, avec ses yeux comme des soleils. Il était gentil, il était affectueux avec sa famille, la main humaine dans sa fourrure se réchauffait d’une douce chaleur.

Il était un chartreux, ses ancêtres venaient des climats rudes et montagneux. À présent, il est une âme comme on dit, une essence, une mémoire, une énergie, une intelligence qui flotte partout. 

J’ai communiqué avec Salem, j’ai écrit grâce à son aide 8 pages destinées à celle qu’il aime et qui a pris soin de lui de ses premières semaines d’existence jusqu’au triste jour lors duquel il a fallu faire taire la douleur d’un corps qui n’en pouvait plus. 

Le surlendemain de cet échange avec Salem, en lisant Une très légère oscillation le journal 2014-2017 de Sylvain Tesson, et avant de me laisser aller au sommeil, une similitude m’a interpellé entre le message de Salem et la réflexion que nous livre l’écrivain, alpiniste, baroudeur, conférencier, et un peu chat, Sylvain Tesson 

L’auteur Sylvain Tesson

French writer Sylvain Tesson poses with a pipe during the presentation of the « L’Express – RTL » 2016 best-selling authors of France in Paris on February 16, 2016. / AFP PHOTO / JOEL SAGET

Me suis promené à l’aube dans la forêt de Fontainebleau après avoir dormi dans une grotte creusée sous une plâtrière de grès du massif des trois Pignons. Prendre un bain de lumière à travers les feuillages est une jouvence meilleure que la douche du matin. Pourquoi éprouve-t-on tant de jouissance à dormir dans la nature ? Parce que l’homme, peut-être, n’est pas fait pour ces cages qu’il appelle « maisons » et dont l’acquisition lui semble l’accès ultime à la civilisation. 

SYLVAIN TESSON – Une très légère oscillation, Journal 2014-2017

J’ai tiré un trait vertical à l’encre noire en regard de cette partie du journal, j’ai corné le haut de la page 87 du livre comme le faisait mon père et comme ma sœur m’a interdit de le faire. Puis quelques jours plus tard, je suis partie à la recherche du message de Salem qui est archivé avec les centaines d’autres communications animales que j’ai réalisées. Cela afin de relire et comparer ce que disent ces deux esprits libres penseurs évoluant dans le grand monde, l’un dans le brillant milieu qu’est celui des lettres, et l’autre dans le grand monde comme mes chers lecteurs l’envisagent, sans limites, sans séparation, sans fin : la mort.

Voici une partie du message du chat Salem :

(…) Au début, c‘était important pour moi d’avoir une certaine forme, des sens aiguisés, une allure féline qui pourrait me permettre d’agir selon mon instinctivité et mes penchants personnels. Puis, j’ai reçu des idées qui m’ont accompagné toute mon existence, il fallait que je trouve la voie de l’émotion, très vite j’ai trouvé le plaisir dans certains gestes humains, j’ai réclamé et demandé ce qui n’était pas pour moi et ainsi je me suis rendu coupable de certains écarts…mais ils étaient bons.

J’ai apprécié mon existence qui m’a apporté beaucoup de surprises là où je n’avais pas imaginé être. Il en est de même pour nous tous, pour les humains aussi, car vous avez une énergie qui ne correspond pas à votre milieu de vie. Nous profitons d’une faille que nous avons creusée, celle-ci ouvre sur un nid confortable et très moelleux, presque trop mou, il est difficile de le quitter. Je ne suis pas sorti du mien, j’ai profité de cette facilité et j’ai laissé éclore ce qui est un bogue*: l’amour, le besoin. La part martiale chez moi a disparue et auprès de vous j’ai trouvé du repos, de la sérénité. (…)

Moi l’esprit sauvage, je suis devenu civilisé, je suis allé là où la vie m’a placé pour mon bien et pour une raison valable. J’ai peu de recul, mais j’aperçois d’où je suis à présent que ma vie que je voyais normale était en fait spéciale. Aucune attache, aucun partage n’avait été possible pour moi avant cette vie auprès de vous et mon âme de guerrier s‘est aplatie, assagie, au contact de votre magie blanche. Vous avez mis en lumière ma face cachée, celle que moi même je ne connaissais pas. Le chat de nuit est passé dans la lumière.

*Note de Dame-Cande : selon lui

DAME-CANDE – Communication Animale avec le chat SalemMessage et mémoires après vie du chat Salem

Ma conclusion

Les chats Sylvain Tesson et Salem sont pour moi deux âmes encore sauvages à leur naissance. Ils expérimentent pour la première fois une nouvelle possibilité d’être : être en société, vivre le partage, la collaboration, la douceur et l’amour.

Dans cette découverte la présence d’êtres de grande confiance est essentielle. Seul un lien pur et indéfectible peut les retenir. Sinon, leur envie de s’évader par les toits pour aller dormir en forêt de Fontainebleau à la recherche de leurs racines invisibles peut devenir une nécessité, un refuge.

Salem a réussi sa mutation, il n’est plus en monochrome. Il a vécu l’extrémité sauvage dans d’autres vies que nous appellerons « antérieures ». Des existences de solitude et de survie qu’il ne doit qu’à lui, une façon d’évoluer à laquelle il était rompu. Puis l’extrême confort servi sur un plateau, ainsi que la confiance, la vie de famille et l’amour serein dans cette dernière expérience de chat qu’il vient de quitter.

Salem, tout comme Sylvain Tesson, nous indique que nous ne sommes pas complètement fait pour mener des vies de coqs en pâte.

Salem dit : « Il en est de même pour nous tous, pour les humains aussi, car vous avez une énergie qui ne correspond pas à votre milieu de vie. »

Et Sylvain Tesson pense : …Parce que l’homme, peut-être, n’est pas fait pour ces cages qu’il appelle « maisons » et dont l’acquisition lui semble l’accès ultime à la civilisation. 

Ainsi, il faut trouver le juste milieu, l’équilibre* (*État de ce qui est soumis à des forces qui se compensent)

Alors, n’oublions pas d’aller nous ébrouer en pleine verdure. De nous dorer au soleil pour satisfaire une part de notre nature. De nous salir les mains le plus souvent possible pour creuser un terrier familial.

Longue vie à tous les chats, ne tombez pas des toits.

Sur les toits de Paris devant la Tour Eiffel Editions HOOA

Communication Animale avec le chat Salem – FIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *